La problématique

La plaine de l’Oisans est un territoire soumis à différents risques naturels, dont le risque d'inondation.

 

Plan plaine de l'Oisans
Plan de situation de la plaine de l'Oisans
Crédits image : Hydrétudes/Symbhi

DESCRIPTION

La Romanche est un torrent de 78 km de longueur qui prend sa source dans le massif des Ecrins, au glacier de la Pate des Agneaux. Sur la partie amont de son bassin versant, après un parcours d’une trentaine de kilomètres dans des fonds de vallée encaissés à fortes pentes, et après avoir traversé deux barrages (le Chambon et le Clapier), elle débouche dans la plaine de l’Oisans, où elle conflue avec le torrent du Vénéon. Dans la plaine de l’Oisans, la vallée s’élargit et la Romanche présente sur tout le cours de la plaine un lit avec une faible pente.

Plusieurs bourgs sont établis dans la plaine de l’Oisans, sur les communes du Bourg d’Oisans et d’Allemont. La plaine concentre ainsi de nombreux enjeux, notamment :

  • Urbains avec la présence d’environ 4000 habitants à l’année, de nombreuses entreprises, de commerces et d’infrastructures publiques (écoles, collège, gendarmerie, …)
  • De transports, la plaine étant traversée par la RD 1091, axe routier stratégique reliant Grenoble à Briançon
  • Touristiques, en tant que pôle touristique d’activités de plein air, avec la présence de nombreuses stations de sports d’hiver à proximité
  • Agricoles, en particulier dans la plaine des Sables
  • Environnementaux et paysagers (aire d’adhésion du Parc des Ecrins, classement Natura 2000, patrimoine naturel et milieux exceptionnels : zone du Buclet, tresses du Vénéon, Espace Naturel Sensible de Vieille Morte…)
  • Ou encore de santé publique, avec la présence de la nappe de l’Oisans classée d’intérêt stratégique au Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE)

La plaine de l’Oisans est un territoire géographiquement contraint, limité par des massifs montagneux imposants, au milieu de laquelle s’écoule plusieurs cours d’eau dont la Romanche. De par cette situation en territoire de montagne, les enjeux présents sur la plaine de l’Oisans sont exposés à des risques naturels multiples : éboulements, glissements de terrain, avalanches, risques torrentiels et inondations.

A ce titre, l’Etat a prescrit en 2009 un Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN), visant à renforcer la culture du risque déjà présente sur la plaine, en affichant et en définissant de manière précise les risques naturels présents sur la plaine de l’Oisans.

L’inondabilité de la plaine de l’Oisans a fait en particulier l’objet de nombreuses études, dans l’optique de réduire l’exposition de la plaine au risque d’inondations.

 

Vue aérienne du centre bourg de la commune de Bourg d’Oisans, en rive gauche de la Romanche
Vue aérienne du centre bourg de la commune de Bourg d’Oisans, en rive gauche de la Romanche
Crédits image : ADIDR

 

De ces nombreuses études, on pourra retenir les éléments suivants :

  • La plaine compte de nombreux ouvrages d’endiguement, mais ces ouvrages sont vieillissants et peuvent présenter des points de faiblesse. La Romanche en particulier est fortement endiguée, entre la Croix du Plan et la confluence avec l’Eau d’Olle.
  • Le phénomène d’inondation de la plaine est complexe, du fait de la présence de nombreux cours d’eau avec des confluences multiples et des variations de pentes, engendrant des problèmes de refoulement, de gestion du transport de matériaux solides, …). De par sa faible pente, la plaine de l’Oisans joue à l’état naturel le rôle d’une vaste zone d’expansion de la crue.
  • De nombreux secteurs de la plaine, dont le centre bourg de Bourg d’Oisans, sont fortement exposés au risque d’inondations.
  • Les hypothèses hydrologiques en crue centennale sont fixées :
    • débit en crue centennale en entrée de plaine (confluence Vénéon/Romanche) : 560 m3/s
    • débit en crue centennale en sortie de plaine (à l’entrée des gorges de Livet et Gavet) : 530 m3/s

 

Au titre de ses compétences, le Symbhi a porté plusieurs missions sur la problématique de l’inondabilité de la plaine de l’Oisans, et poursuit activement sa démarche en ce sens.

La plaine de l'Oisans inondée en 1928
Le Bourg d'Oisans inondé lors de la crue de 1928.

 

Historique des études sur l’inondabilité de la plaine

L’inondabilité de la plaine de l’Oisans a fait l’objet de nombreuses études depuis le début des années 2000, pilotées par différents acteurs.

 

DESCRIPTION

Retour sur les grandes dates qui ont marqué l’avancée des études relatives à l’inondabilité de la plaine de l’Oisans :

  • Fin des années 1990 – début des années 2000 : Etudes ponctuelles des ouvrages de protection par le Syndicat Unique de l’Oisans (SUO) et la commune du Bourg d’Oisans
  • 2004 : Etude de l’inondabilité de la plaine de l’Oisans par l’Association Départementale Isére Drac Romanche (ADIDR) – établissement des « premières cartes d’aléas » inondation
  • 2006 – 2008 : Schéma d’aménagement de la Romanche sous la maîtrise d'ouvrage du Symbhi : définition d’unprojet intégré d’aménagement global de la Romanche incluant la haute Romanche. Fondement du projet prévoyant la protection contre les inondations de la commune du Bourg d’Oisans, avec des dispositifs importants d’organisation du stockage de la crue sur la plaine.
  • 2007 : Travaux de confortement de la digue de la Croix du Plan sous maîtrise d’ouvrage de l’ADIDR puis du Symbhi
  • 2009 :
    • Difficultés dans la concertation autour du projet sur la haute Romanche à division du projet porté par le Symbhi en 2 sous-projets : « Romanche Séchilienne » et « Romanche Oisans »
    • Prescription du Plan de Prévention des Risques d'Inondation par l’Etat et établissement des cartes d’aléas inondation en crue centennale
  • 2010 : Phase de médiation portée par la Commission Locale de l'Eau Drac Romanche entre l’Etat, la mairie de Bourg d’Oisans et le Symbhi pour tâcher de trouver un projet consensuel, basé notamment sur la mobilisation du barrage du Chambon pour prévenir les crues de la Romanche
  • 2011 : L’Etat indique que le barrage du Chambon ne peut pas être mobilisé pour le stockage des crues de la Romanche
  • 2011 - 2012 : Etude d’un scénario de travaux de première urgence de protection de la commune du Bourg d’Oisans avec surinondation de la rive droite, sur demande du Préfet.
  • 2013 : Présentation de l’aléa inondation par l’Etat en réunion publique à Bourg d’Oisans
  • 2014 :
    • Etablissement des dernières cartes d’aléas inondation en vigueur par l’Etat
    • Délibération de la commune sur des orientations d’aménagement de protection contre les inondations
  • 2015 :
  • Etablissement de l’Etude de dangers des digues de la Romanche, sous maîtrise d’ouvrage de l’ADIDR
  • Lancement d’une mission de définition d’un programme d’aménagement de protection contre les inondations sur la plaine de l’Oisans par le Symbhi
  • 2016 – 2017 : Concertation portée par le Symbhi sur l’inondabilité de la plaine de l’Oisans dans le cadre de la mission de définition d’un programme d’aménagement

 

Vue aérienne des tresses du Vénéon à l’amont de la confluence Vénéon-Romanche (zone du Buclet) Crédits image : ADIDR
Vue aérienne des tresses du Vénéon à l’amont de la confluence Vénéon-Romanche (zone du Buclet)
Crédits image : ADIDR

 

L’intervention du Symbhi

La problématique relative à la gestion du risque naturel d’inondation sur la plaine de l’Oisans a fait l’objet, au cours des 10 dernières années, d’études et d’investigations conséquentes de la part du Symbhi.

 

DESCRIPTION

Le Symbhi a initié une première phase d’étude en 2006, visant à définir un Schéma d’Aménagement. Cette mission qui s’est déroulée dans une étroite concertation avec les différents acteurs locaux, a abouti à la proposition de deux scénarios contrastés, basés sur des principes de protection, des incidences et des coûts différents. Ces scénarios s’appuyaient notamment sur des renforcements ciblés de digues et sur le stockage de la crue dans des champs d’inondation contrôlés (CIC), associés à la mise en œuvre locale de protections rapprochées. Le scénario retenu devait comprendre les actions jugées les plus pertinentes parmi les deux scénarios étudiés.

Cependant, les aménagements proposés ont suscité de vives réactions dans la plaine du Bourg-d'Oisans. Le Symbhi a donc décidé en 2009 de mener le projet d'aménagement de la Romanche selon deux calendriers parallèles, en séparant la réflexion sur la partie amont du bassin versant (plaine du Bourg d’Oisans) et sur la partie aval (plaine de Vizille).

 

Vue aérienne de la plaine des Sables Crédits image : ADIDR
Vue aérienne de la plaine des Sables
Crédits image : ADIDR

 

S’en est suivie entre 2009 et 2010 une phase de médiation entre l’Etat, le Symbhi et la commune de Bourg d’Oisans, conduite par la Commission Locale de l'Eau du SAGE Drac-Romanche. Cette mission, à laquelle le Symbhi a apporté tout son soutien technique, a notamment permis à la population de prendre conscience de l’aléa inondation, des enjeux associés, et des différentes approches en matière de gestion des crues. Si plusieurs scénarios d’aménagement ont été définis lors de cette nouvelle démarche, la concertation n’a pas pu aboutir à l’émergence d’un scénario partagé par tous les acteurs.

En 2013, le Préfet a motivé une reprise de la réflexion avec en particulier la présentation de l’aléa inondation à la population en réunion publique, et l’organisation de réunions d’information et d’échanges avec les partenaires techniques et institutionnels. Cela a permis la reconnaissance partagée des caractéristiques de l’aléa à prendre en compte en crue centennale (Q100) :

  • Débit Q100 en entrée de plaine (confluence Vénéon/Romanche)= 560 m3/s
  • Débit Q100 en sortie de plaine (à l’entrée des gorges de Livet et Gavet) = 530 m3/s

En 2014, le Conseil Municipal de la commune de Bourg d’Oisans a pris une première délibération sur les orientations qu’elle souhaiterait retenir pour la protection contre l’inondabilité de la plaine de Bourg d’Oisans.

Depuis, la progression du travail de l’Etat sur l’affichage du risque (dernières cartes d’aléas affinées présentées en octobre 2014) ainsi que la réalisation de l’étude de dangers des digues de la Romanche en Oisans sous maîtrise d’ouvrage de l’Association Départementale Isère Drac Romanche (2015) ont permis de compléter cette connaissance.

Fin 2015, en partenariat avec les acteurs concernés, le Symbhi a décidé d’engager une nouvelle étape dans la gestion de la problématique inondabilité de la plaine de Bourg d’Oisans. Il a lancé la réalisation d’une étude technique visant à définir un programme d’aménagements de protection contre les inondations. Cette mission touche à sa fin et devrait aboutir prochainement à la proposition d’un scénario global de protection contre les inondations.

 

La Romanche et le centre de Bourg d’Oisans vus depuis le massif des grandes RoussesCrédits image : Symbhi
La Romanche et le centre de Bourg d’Oisans vus depuis le massif des grandes Rousses
Crédits image : Symbhi