Un projet intégré

Le projet Romanche Séchilienne est un projet intégré bâti autour d’un triple objectif : protection contre le risque d’inondation, mais aussi revalorisation environnementale, accompagnement paysager et aménagements de loisirs doux autour des berges.

 

LES OBJECTIFS DU PROJET

La Romanche est une rivière de montagne. Endiguée en de nombreux endroits, son cours barré par des aménagements hydroélectriques, elle conserve pourtant la capacité de surprendre et peut, en cas de forte crue, atteindre un débit plus de 10 fois supérieur à son débit moyen.

 

carte générale projet Romanche Séchilienne
Carte générale du projet Romanche Séchilienne
Crédits image : J. Valentin/Symbhi

 

Achevés à l’été 2016, les travaux ont duré trois ans et sont l’aboutissement d’une démarche de projet intégré. Ils comprennent trois objectifs :

  1. Protéger les zones habitées de la vallée contre le risque d’inondation du aux crues de la Romanche, à hauteur de la crue centennale. Le projet intègre le traitement du risque majeur des Ruines de Séchilienne : il est conçu pour prendre en compte une crue centennale de la Romanche, cumulée à un éboulement des ruines de Séchilienne et ses conséquences hydrauliques.
  2. Aménager ou restaurer un milieu naturel accueillant pour la faune et la flore locales, valoriser le fonctionnement des milieux humides liés à la rivière afin de permettre le développement d’espèces végétales ou animales spécifiques.
  3. Développer l’accès aux berges de la Romanche, pour que les riverains se réapproprient les berges et le cours d’eau, pour s‘y promener, se détendre, faire du sport.

Ce projet est intégré c'est à dire qu'il tâche de prendre en compte l'ensemble des intérêts et des usages présents autour du cours d’eau, et que pour atteindre ce but, il fait appel à la solidarité de toutes les communes concernées.

 

A l’amont du pont Napoléon, un condensé des aménagements du projet intégré Romanche Séchilienne Crédits image : SO Dupontrenoux
A l’amont du pont Napoléon, un condensé des aménagements du projet intégré Romanche Séchilienne
Crédits image : SO Dupontrenoux

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

 

  • 9 communes sont concernées par le projet : Champ-sur-Drac, Jarrie, Livet-et-Gavet, Montchaboud, Notre-Dame-de-Mésage, Saint-Barthélémy-de-Séchilienne, Saint-Pierre-de-Mésage, Séchilienne et Vizille.
  • La crue centennale (550 m3/s) est le niveau retenu pour organiser la protection contre les inondations pour le projet Romanche Séchilienne. Avec la prise en compte du surdébit engendré par un effondrement des ruines de Séchilienne, le débit de référence pour le calibrage des installations monte à 600 m3/s.
  • Durant la moitié de l’année, le débit de la Romanche est inférieur à 30 m3/s. Lors de la crue décennale de mai 2008, le débit de la Romanche a atteint 300 m3/s.

 

CHIFFRES CLES

 

 

Un projet en concertation

Le Symbhi a choisi de conduire ses grands projets, dont le projet Romanche Séchilienne, avec une place prépondérante accordée à la concertation.

 

DESCRIPTION

 

Le projet Romanche Séchilienne s’est construit dans une démarche concertée. Le Symbhi a ainsi mené des réunions publiques tout au long du projet, réunissant les différents acteurs concernés (riverains, usagers, associations, élus locaux, …), afin de valider avec eux l’ensemble des étapes de conception du projet.

 

Le Symbhi a ainsi organisé dès les études amont (en particulier dès le Schéma d’Aménagement du projet) des « ateliers de concertation ». Ces réunions organisées sous la forme d’ateliers géographiques (par secteurs du projet) étaient composées de volontaires parmi les habitants riverains et les usagers du projet. Le but de ces ateliers était de prendre en compte les préoccupations et les remarques des participants, au plus près du terrain. Chaque participant pouvait ainsi formuler toute proposition complémentaire ou modificative d’aménagement, et après un délai d’étude, le maître d’œuvre du projet venait expliquer dans le cadre d’un atelier ultérieur en quoi la proposition était pertinente ou pas. Au final 75 % des propositions formulées ont été retenues dans le projet et ont favorisé son appropriation, si bien que lors de l’enquête publique, le nombre de remarques a été très faible.

 

D’autre part, le Symbhi a mis sur pied dès l’origine du projet un Comité Consultatif, participant à la gouvernance du projet. Cette instance, composée de plus de 90 partenaires (parmi les élus locaux, les associations, les administrations) était consultée à des étapes clés de l’avancement du projet, au moins une fois par an, de manière à se prononcer sur les orientations proposées, à les amender , en vue de les valider. Le Comité Consultatif a également été réuni périodiquement en phase travaux, de manière à recueillir les observations sur le déroulé des chantiers et à modifier ou ajuster, si nécessaire, les procédures de travaux ou les aménagements réalisés.

 

En guise de retour d’expérience, le Symbhi considère que pour une concertation réussie, il faut le socle suivant :

  • Un territoire partagé (aléa affiché, culture du risque, volonté politique forte et constante) ;
  • Un projet porteur de vision et de sens (solidarité amont-aval et rural-urbain, projet durable et intégré, gouvernance claire et objective) ;
  • Une conduite de projet concertée et transparente (large place à la concertation à tous les niveaux, outils de communication mais aussi équité de traitement, respect des engagements…).

 

En plus de la concertation, le Symbhi a également mis en place de nombreux supports de communication, visant à informer le public de la nature de ses missions, de l’objet de ses interventions, mais aussi de l’avancée de ses projets et de ses travaux

  • Un site interne à fort contenu technique, accessible via le lien suivant https://www.symbhi.fr/,
  • Une newsletter relayant les dernières actualités et mises à jour du site internet,
  • Une lettre d’information diffusée aux élus locaux, aux membres du Comité Consultatif, ainsi qu’aux principaux relais d’information 
  • Un magazine semestriel appelé « le Mag », diffusé en phase travux dans les boîtes aux lettres des riverains du projet (diffusion à environ 10 000 exemplaires), visant à faire le point sur les chantiers
  • Des panneaux d’information disposés aux abords des différents chantiers, destinés à expliquer de manière pédagogique et concise la nature des travaux réalisés,
  • Tous ces supports étant alimentés par des photographies et des vidéos professionnelles, terrestres et aériennes, illustrant les grandes étapes du projet et des chantiers.

 

« Arbre de la concertation et de la communication » autour du projet Crédits image : Symbhi
« Arbre de la concertation et de la communication » autour du projet
Crédits image : Symbhi

 

Un projet durable

Le Symbhi a conçu le projet Romanche Séchilienne de manière à limiter à toutes les étapes, les impacts engendrés par le projet sur l’environnement.

 

DESCRIPTION

Un chantier « vert »

Dès leur préparation, le Symbhi a veillé à limiter les nuisances des chantiers. Le choix des matériaux, des produits utilisés, leur impact sur la qualité des eaux superficielles ou souterraines, l'évacuation des déblais et déchets ou la gestion des sites après travaux, tout a été mis en oeuvre pour réduire les impacts sur l’environnement.

Démantèlement d’un terrier de castor sous le contrôle de l’ONCFS  Crédits image : Symbhi
Démantèlement d’un terrier de castor sous le contrôle de l’ONCFS
Crédits image : Symbhi

 

Biodiversité

  • Préserver la biodiversité est une préoccupation majeure. Le projet a évité une dégradation de la situation actuelle et a permis de restaurer les secteurs appauvris. Des mesures de compensation en faveur des espèces protégées ont été mises en oeuvre en particulier sur le secteur de l’Île Falcon.

 

  • Le projet a pris en compte l’ensemble des espèces protégées (faune et flore) présentes sur le linéaire du projet. Un état des lieux exhaustif a été réalisé avant les travaux, et un dossier de dérogation au titre des impacts sur les espèces protégées et leurs habitats a été réalisé et validé par les services de l’Etat, avant le démarrage des chantiers. Le projet a fait l’objet autant que possible d’adaptations de manière à éviter certains impacts.

 

  • L'emprise des chantiers sur les milieux terrestres ou aquatiques a été examinée avec rigueur. Les interventions ont tenu compte des périodes de nidification ou de frai, et des conditions de déplacement de la faune. La protection de certaines espèces végétales ou animales a fait l'objet d'actions spécifiques.

 

  • Toutefois, certains dommages n’ont pas pu être évités. Il a par exemple été nécessaire de déboiser la digue là où elle devait être confortée ou rehaussée. Dans ce cas, des mesures de réduction ou de compensation des impacts environnementaux ont été mises en œuvre (replantations par exemple). D’autre part, des techniques spécifiques de chantier ont été utilisées afin de prendre en compte au mieux les impacts sur les espèces protégées et leurs habitats : balisage et démantèlement avant travaux des terriers de castors sous le contrôle de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), balisage et transplantations de plantes protégées avant travaux sous le contrôle du Conservatoire Botanique National Alpin (CBNA)

 

  • Les matériaux extraits de la Romanche ont été lavés, triés, concassés puis réutilisés pour conforter les digues, dans une approche de développement durable. La conduite de ces travaux s’est déroulée avec le souci d'éviter que ce réemploi ne favorise le développement des espèces végétales invasives.

 

 

Qualité des eaux et ressource en eau potable

  • Le projet Romanche Séchilienne est arrivé à son terme sans que la qualité des eaux superficielles ou souterraines ne soit dégradée.
  • Il a diminué l'exposition au risque d'inondation des champs captants de Pré Grivel et de Jouchy et a assuré la protection de la ressource en eau potable.

 

Valorisation des matériaux sur la base vie du projet à Vizille Crédits image : SO Dupontrenoux
Valorisation des matériaux sur la base vie du projet à Vizille
Crédits image : SO Dupontrenoux

 

VIDEOS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aménagements hydrauliques

Curage du lit de la Romanche et enlèvement d’un seuil, renforcement des digues… Tels étaient les objectifs des aménagements hydrauliques du projet.

 

DESCRIPTION

Protéger les secteurs habités et urbanisables

Le niveau de protection retenu est celui qui correspond à une crue centennale de la Romanche, c'est-à-dire un débit de 550 m³/s. Compte tenu du sur-débit de 50 m³/s induit par la parade hydraulique de court terme liée au risque des Ruines de Séchilienne, la crue de référence du projet Romanche Séchilienne est donc de 600 m³/s. Les digues existantes étaient peu nombreuses à satisfaire ce niveau de protection. Certaines sont donc créées et d'autres rehaussées pour atteindre la cote requise. Ailleurs, des protections de berges sont prévues, en pied de digue côté rivière ou par élargissement du talus côté plaine. Enfin, pour éviter toute rupture de digue en cas de crue supérieure à 600 m³/s, 5 déversoirs de sécurité sont aménagés en crête de digue dans des secteurs non urbanisés.

 

Curer les bancs en aval de l'Ile Falcon

En période de basses eaux, la Romanche forme plusieurs bras voisins. Cet écoulement dit « en tresses » favorise la formation de bancs par accumulation des matériaux (graviers et sables) au milieu du lit ou le long des berges. Pour permettre la circulation d'une quantité d'eau plus importante entre les digues en période de crue, ces bancs recouverts d'arbres et d'arbustes sont déboisés et arasés. La quasi-totalité des bancs situés entre l'Ile Falcon et le seuil Tardy sont concernés.

 

Supprimer le seuil Tardy à Vizille

Le seuil Tardy a été aménagé en 1990 afin de stabiliser l'assise du pont de la RN 85 situé juste en amont. Mais, cet ouvrage hydraulique qui constitue une rupture de pente haute de 2 m a provoqué l'accumulation d'une importante quantité de sédiments. Supprimer le seuil Tardy, stabiliser les piles du pont et curer près de 20 000 m³ de matériaux de part et d'autre permet d'optimiser la section du lit, d'accélérer son retour à sa pente originelle, de rétablir le transit sédimentaire et la continuité piscicole.

 

Confortement de la digue de la Romanche à Vizille
Crédits image / SO Dupontrenoux

 

LES CHANTIERS EN VIDEO

 

 

 

 

 

 

 

 

CHIFFRES CLES

 

Aménagements environnementaux

Le projet Romanche Séchilienne ne se limite pas à un projet de protection : c’est un projet intégré qui comprend de nombreuses mesures en faveur des milieux naturels.

 

DESCRIPTION

En aval de Séchilienne, un ancien bras de la Romanche est remis en eau en rive droite, juste en amont du pont routier franchissant la rivière. Cet aménagement permet de renouveler les milieux aquatiques. Un peu plus bas, au niveau du chenal de décharge des Ruines de Séchilienne, un autre bras est ouvert et aménagé en rive gauche. La présence d'eau est permanente dans la partie aval.

 

L'Ile Falcon située en rive gauche de la Romanche constituait déjà un site remarquable d'une centaine d'hectares. Pour permettre à la rivière de divaguer, la vieille digue située en rive gauche et à l'aval du pont de la Rochette est démantelée. De plus, 4 anciens chenaux sont ouverts ce qui permet, en période de crue, de stocker environ 12 000 m3 d'eau sur un linéaire de 1500 m et d'assurer le développement d'espèces spécifiques aux milieux humides.

 

Vue aérienne du secteur de l’Ile Falcon avant les travaux du Symbhi (septembre 2013) Crédits image : Photec
Vue aérienne du secteur de l’Ile Falcon avant les travaux du Symbhi (septembre 2013) / Crédits image : Photec

 

A Notre-Dame-de-Mésage, la partie canalisée et enterrée du ruisseau de La Touche est supprimée. Un dispositif en escalier permettant aux poissons de franchir le dénivelé est aménagé juste à l'amont du pont de la RN85.

 

Dans la traversée de Jarrie / Champ-sur-Drac, la présence du castor était manifeste (écorçage, arbres abattus) mais les berges étaient peu accessibles à ce mammifère. Elles étaient également peu accueillantes pour les amphibiens, les insectes ou les oiseaux vivant près de l'eau. Pour y remédier, 3 banquettes sont aménagées sur 400 m en rive gauche et végétalisées avec des fagots de saule.

 

VIDEOS

 

 

 

 

 

 

 

CHIFFRES CLES

 

Aménagements paysagers et de loisirs

Le dernier volet du projet Romanche Séchilienne concerne la thématique paysage et loisirs.

 

La berge de la Romanche à Vizille avant les travaux du Symbhi (Janvier 2013)
La berge de la Romanche à Vizille avant les travaux du Symbhi (Janvier 2013) - Photo Département de l'Isère

DESCRIPTION

Les travaux de protection étaient l'occasion de créer une ambiance verdoyante et plus attractive sur les berges de la Romanche.
La Romanche échappait souvent au regard, sauf de part et d'autre de la plaine de Séchilienne où elle est un élément structurant du paysage. La présence d'habitations et de bâtiments à vocation industrielle ou commerciale était un obstacle et trop peu d'endroits étaient propices à une halte prolongée.


Le projet a visé à rapprocher les riverains de leur rivière, ce qui a été possible grâce à la végétalisation des digues ou à la création d'aménagements comme les 4 haltes bleues, les 3 terrasses observatoires ou les 2 accès kayak aménagés entre Séchilienne et Champ-sur-Drac.


Les cheminements nouveaux sont nombreux et novateurs pour certains. Ainsi, à Livet-et-Gavet, un sentier patrimonial est aménagé sur la berge, entre la centrale hydroélectrique des Clavaux et celle des Vernes. Dans la plaine de Vizille, un double revêtement est installé en crête de digue : une promenade enherbée côté fleuve et un chemin en gravier côté terre, de façon à satisfaire piétons, joggeurs et cyclistes.

 

LES CHANTIERS EN VIDEO

 

 

 

 

CHIFFRES CLES

 

chiffres clés aménagements paysagers Romanche Séchilienne

 

 

Les chiffres clés du projet

Le projet Romanche Séchilienne a mobilisé de nombreuses ressources et a permis des travaux gigantesques ! Consultez les chiffres-clés de cette opération de 28 millions d’euros HT…

 

  • 12 kilomètres de cours d’eau aménagé
  • 9 communes
  • 17 000 habitants protégés
  • 28 millions d’euros : enveloppe financière initiale pour la réalisation des travaux
  • 550 m3/seconde : débit naturel de la Romanche en crue centennale
  • 600 m3/seconde : débit de la Romanche en crue centennale avec la prise en compte du sur-débit lié au risque des Ruines de Séchilienne, sur lequel est dimensionné le projet. C’est donc aussi le débit maximal sans débordement au-dessus des ouvrages de protection.
  • 40 m3/seconde : le débit moyen annuel de la Romanche
  • Linéaire de digues rehaussées : 100 m en rive droite et 2 595 m en rive gauche
  • Linéaire de digues créées : 1 908 m en rive droite et 725 m en rive gauche
  • Linéaire de digues consolidées côté rivière : environ 5,8 km
  • Volume d'enrochements utilisé : 128 000 m³
  • Linéaire de digues consolidées côté plaine : environ 1,5 km
  • Arasement des bancs végétalisés : 62 000 m³ de matériaux prélevés

 

Curage de la Romanche à Saint Pierre de Mésage Crédits image : SO Dupontrenoux
Curage de la Romanche à Saint Pierre de Mésage / Crédits image : SO Dupontrenoux