Le SYMBHI

Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l’Isère 

Le Symbhi est l’établissement public en charge de l’aménagement et de la gestion des rivières du Sud Isère.

Les actualités du Symbhi

De nombreux gestionnaires réunis sur le Manival le 7 octobre à l’occasion des 1ères journées d’échanges techniques torrentielles !

Ces journées, co-organisées par le SYMBHI et le RTM, en partenariat avec la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) et l’Inrae, ont remporté un franc succès le 6 et 7 octobre dernier. Plus de 120 spécialistes issus d’une vingtaine de structures gemapiennes se sont retrouvés sur le torrent du Manival le 7 octobre afin d’échanger et de partager leurs expériences dans la gestion des ouvrages de régulation sédimentaire des torrents de montagne.

Une première journée introductive avait lieu la veille à Lyon dans les locaux de la CNR, notamment pour découvrir la spectaculaire “maquette” de ce torrent sur laquelle des essais expérimentaux sont conduits pour étudier le fonctionnement de celui-ci et tester différentes solutions de gestion. Cette mission a été confiée à la CNR par le RTM et le Symbhi, avec l’Inrae en appui, dans le cadre de l’étude des torrents du Saint Eynard.

UTG-CNR_Lyon-modele_reduit_Manival-06102022

Visite de la maquette du torrent du Manival par les gestionnaires sur le site de la CNR, le 6 octobre : vue sur l’amont du torrent, avec la représentation de la plage de dépôt en série domaniale et le tronçon corrigé par les seuils

UTG-JETT-St-Ismier-07102022

Intervention de Monsieur Lorimier à Saint-Ismier le 7 octobre pour un retour d’expérience de la crue sur le torrent du Manival

La journée nationale « Tous résilients face aux risques » débarque à Grenoble du 13 au 15 octobre !

Habiter la région grenobloise, c’est être le même jour aussi bien, en plaine qu’en montagne, à la ville qu’à la campagne, chez soi, sur la route ou sur son lieu de travail. Autant de situations différentes face à la survenue d’une inondation. En trois balades, les participants sont invités à découvrir trois lieux et trois exemples de prévention des inondations proche de chez eux :

  • 15/10/2022 : Voyage au centre de Grenoble – Comment la capitale des Alpes a-t-elle au fil des siècles concilié son développement avec le retour des inondations du Drac et de l’Isère ?
  • 15/10/2022 : L’Isère ne serpente plus à l’amont de Grenoble – Le Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l’Isère (Symbhi) a mis en œuvre ici des dispositifs innovants de maîtrise des grandes crues, en particulier des champs d’inondation contrôlés (CIC) : un tournant dans l’histoire des relations entre la rivière et le territoire.
  • 13/10/2022 : Dompter le torrent du Manival, l’impossible pari ? – A quelques kilomètres au nord de Grenoble, le ruisseau du Manival fait l’objet, depuis le milieu du XIXe siècle, d’importants travaux de correction. C’est aussi un site de recherche scientifique consacré à l’étude du fonctionnement des torrents.

Pour plus d’information et pour vous inscrire, rendez-vous sur le site de l’Irma :
http://www.irma-grenoble.com/02institut/resiliencetour.php

Août 2022, les cours d’eau du territoire en crise sécheresse

Cet été l’ensemble des communes sur le périmètre du SYMBHI ont été placées en crise sécheresse par le Préfet de l’Isère et celui de la Drôme pour le secteur Bourne. Cette décision fait suite à une pluviométrie historiquement basse et la succession de canicules au mois de juillet. L’arrêt des prélèvements non prioritaires est ainsi demandé.

Une sécheresse précoce
L’année 2021, marquée par une pluviométrie exceptionnelle en période d’étiage et des températures modérées, avait permis de recharger partiellement les nappes phréatiques et les nappes d’accompagnement des cours d’eau. Cependant, le déficit de pluies en intersaison était de 10 à 20 % et a entraîné des difficultés pour les ressources très dépendantes de l’apport pluviométrique dès le printemps 2022. Les vagues de chaleurs successives et l’absence de pluie sur le mois de juillet sont venues aggraver la situation de nos rivières. La situation de sécheresse reste ainsi actuellement préoccupante malgré les quelques orages observés en août.

Des restrictions pour tous les usages
La situation de crise (niveau 1/4) sur une commune s’accompagne de mesures de restriction sur l’usage de l’eau, notamment :

    • Interdiction de tout prélèvement d’eau ou usage domestique non sanitaire de l’eau quelle que soit la ressource en eau (hors eau pluviale récupérée) ;
    • Interdiction du lavage des voitures, de nettoyer façades, toitures, trottoirs et autres surfaces imperméabilisées (sauf collectivité, entreprise spécialisée ou motif sanitaire) ;
    • Interdiction du remplissage et de la remise à niveau des piscines ;
    • Interdiction d’arroser les pelouses et massifs fleuris, les espaces verts publics, les stades et terrains de sport ;
    • Interdiction d’arroser les jardins potagers entre 9h et 20h.

Pour les activités économiques (industrielles et agricoles), c’est le niveau d’alerte de la ressource prélevée (hors réseau eau potable) qui s’applique. Pour information, l’ensemble des ressources sont en crise (niveau 4/4) hormis la nappe souterraine de la molasse en alerte renforcée (niveau 3/4), les rivières du Drac et de la Romanche en alerte (niveau 2/4) et la rivière Isère en vigilance (niveau 1/4).

Vous pouvez vous tenir informés de la situation de sécheresse en Isère et en France sur le site www.propulvia.developpement-durable.fr. Pour connaître tous les détails des restrictions applicables sur votre commune :

Conséquences pour les rivières
Le manque d’eau a des conséquences néfastes pour la vie aquatique de nos rivières : augmentation de la température de l’eau, diminution de l’oxygène, segmentation de la rivière pouvant piéger les poissons voire assèchement complet de certains secteurs. Les assecs engendrent également une perte des services rendus par la rivière comme l’autoépuration des polluants ou la pratique d’activités touristiques (baignade, pêche, canyoning, promenade).

Une vigilance sur nos consommations en eau est importante afin de préserver l’équilibre de nos ressources. Elle concerne tous les usages : particuliers, collectivités, industries et agriculture.